Tout au long de la pandémie de COVID-19, les dépenses mondiales de voyages d’affaires ont diminué de 59 %, ce qui a fortement impacté le secteur des voyages et du tourisme dans le monde entier.

En 2021, nous avons assisté au début de la reprise pour le secteur des voyages d’affaires, qui a augmenté de 31 % par rapport à 2020, selon la recherche sur l’impact économique du WTTC (2022).

Le rapport sur les tendances mondiales de la consommation, intitulé ” Un monde en mouvement “, compilé par le groupe Trip.com, le Conseil mondial du voyage et du tourisme et Deloitte, indique que 58 % des personnes interrogées ayant besoin de voyages d’affaires ont déclaré qu’elles étaient susceptibles de faire un voyage d’affaires entre octobre et décembre 2022. Cela représente une amélioration par rapport à l’année précédente, où seulement 51 % avaient déclaré qu’ils feraient probablement un voyage d’affaires.

Les données du groupe Trip.com fournissent d’autres preuves de ce retour aux voyages d’affaires, Trip.Biz, la branche du groupe Trip.com spécialisée dans les voyages d’affaires, faisant état d’une augmentation de 134 % des réservations de vols en 2022, et ses réservations d’hébergement ont plus que doublé (156 %) par rapport à 2019.


Une évolution vers des voyages d’affaires plus durables

Les voyageurs d’affaires veulent de la transparence lorsqu’il s’agit de données sur les émissions de carbone des vols. Trip.Biz a intégré le Travalyst Aviation Framework sur les données relatives aux émissions afin de prendre des décisions éclairées en matière de voyages durables, donnant ainsi aux clients une image complète de leurs émissions aériennes.

Les options de voyage durable semblent également se développer parmi les voyageurs d’affaires. On peut citer l’exemple d’American Express Global Business Travel – un acteur important du segment des voyages d’affaires – qui a utilisé des crédits carbone pour aider à compenser les vols pris par ses employés depuis 2019.

D’autres entreprises lui emboîtent de plus en plus le pas, et pour les employés, il s’agit d’un facteur essentiel à prendre en compte lors de l’organisation de voyages d’affaires.

En témoigne une enquête de Trip.Biz, qui a montré que 53 % des voyageurs d’affaires avaient consciemment essayé d’adopter des pratiques plus durables. Leurs efforts allaient de la réduction de la consommation d’eau des hôtels à l’apport d’articles réutilisables comme les brosses à dents.

Combiner travail et loisirs

Le retour des voyages d’affaires a commencé, et avec lui, le potentiel de générer à nouveau une grande partie du trafic d’affaires et des visiteurs à fort pouvoir d’achat. Bien que cela soit encourageant, nous voyons de plus en plus de personnes combiner “travail et loisirs” en prenant le temps d’explorer les régions avoisinantes pendant leur voyage d’affaires.

Depuis la réapparition des voyages d’affaires après COVID-19, les voyages mixtes – ou ” bleisure ” – ont gagné en popularité grâce à l’adoption généralisée de formats de travail à distance et hybrides.

Selon une enquête de Trip.Biz (2021/2022), 70 % des travel managers soutiennent l’idée de mélanger les loisirs avec les voyages d’affaires. Cela s’est traduit par une plus grande satisfaction des employés et une meilleure rétention de la main-d’œuvre, les employeurs souhaitant tirer parti de cette nouvelle notion de voyage.

L’essor du “bleisure” a également contribué à l’augmentation de la durée moyenne globale des séjours des voyageurs, et en 2019, la durée moyenne d’un voyage aller-retour réservé sur Trip.com était de neuf jours. En 2022, cette durée est passée à environ 14 jours.

Steven Zhang, directeur général des voyages d’affaires du groupe Trip.com, a déclaré : “La pandémie a changé la façon dont les gens envisagent les voyages d’affaires. Les gens sont plus déterminés à ne pas quitter un pays sans avoir visité des sites importants ou incorporé des éléments de détente dans leurs voyages d’affaires.

“Il y a quelques années, les gens n’en auraient peut-être pas parlé ouvertement, mais le fait de nommer quelque chose permet de sensibiliser à cette tendance.”

Les données de ForwardKeys (2023) montrent une tendance similaire à celles du groupe Trip.com, la durée moyenne des séjours passant de 11 jours en 2019 à 14 jours en 2022 (sur la base des arrivées de janvier à décembre 2022).

Les longs séjours (une quinzaine de jours ou plus) ont bondi de 20 % de toutes les réservations en 2019 à 26 % en 2022. Bien que cette tendance varie selon les régions, des augmentations nettement plus importantes ont été enregistrées en Asie-Pacifique et en Amérique du Nord par rapport à des zones telles que les Caraïbes et le Moyen-Orient.

En réponse à cette tendance, l’industrie du voyage s’adapte à la clientèle “bleisure” en offrant de nouveaux services et commodités qui facilitent la transition entre travail et détente pour ce groupe.

Trip.Biz a constaté de visu la demande croissante de voyages “bleisure”, à tel point qu’il propose une option “voyages personnels” aux utilisateurs de voyages d’affaires, une fonction commercialisée l’année dernière, assortie de réductions et d’offres promotionnelles.

En conséquence, l’été dernier, les réservations de voyages personnels sur la plateforme de voyages d’affaires ont doublé d’un mois sur l’autre. Le nombre d’utilisateurs de voyages d’affaires consultant les produits de voyages personnels a augmenté de près de 60 % au cours du seul mois de juillet.

Inciter à des séjours plus longs

Les gouvernements du monde entier profitent également de la tendance croissante aux voyages mixtes en introduisant des visas spécialisés, également appelés visas “nomades numériques”.

Ces visas permettent aux visiteurs étrangers de travailler à distance dans un pays pendant une période prolongée, généralement sans payer d’impôts.

La Barbade, par exemple, a mis en place le “timbre de bienvenue de la Barbade”, qui permet aux personnes de vivre et de travailler à distance pendant 12 mois sans être soumises à la réglementation locale en matière d’impôt sur le revenu. Il existe actuellement plus de 50 pays dans le monde, dont Bali, la Croatie, Dubaï et l’Islande, qui proposent tous ce type de visas, et l’on s’attend à ce que leur adoption se développe.

La croissance des voyages de transformation, tels que le “bleisure”, a donné lieu à de nouvelles opportunités pour le secteur mondial du voyage et du tourisme. Cela a conduit au développement de nouveaux produits et services pour répondre aux besoins de ces nouveaux voyageurs.

La gamme d’options de voyage reflète mieux les intérêts, les croyances et les attitudes des voyageurs, qui redéfinissent leur équilibre entre vie professionnelle et vie privée grâce aux voyages mixtes.

Comme les prévisions indiquent que les voyages mixtes ne feront qu’augmenter, le groupe Trip.com contribue à façonner le portefeuille de produits de voyage disponibles pour les voyageurs “bleisure” afin de s’assurer que cet important groupe démographique est pris en charge à l’avenir.

 

Similar Posts